Stages GPN dans les fermes : des nouvelles de l’Aude

Cet été, Cécile et Etienne (ferme des Gigoteurs), qui élèvent des brebis et des chèvres dans les Corbières (Aude), ont accueilli Louan, pour son stage de BTS Gestion et Protection de la Nature.

Louan nous raconte son stage, qui a porté principalement sur le Lézard ocellé (Timon lepidus) et les papillons “de jour” :

Les terres de la ferme couvrent des habitats naturels de haute valeur écologique, notamment des pelouses sèches riches en orchidées. C’est aussi une zone de haute importance pour de nombreux rapaces et l’on peut y observer les 4 espèces de vautours présentes en France (Vautour fauve, Vautour moine, Gypaète barbu, Vautour percnoptère), qui viennent se nourrir sur la placette d’équarrissage prévue à cet effet. Le troupeau est mené en pâturage extensif, ce qui réduit la pression de pâturage sur les prairies et permet de laisser une place importante à la biodiversité.

Prairie Etienne et Cécile
L’une des prairies de la ferme (photo Louan Damas)

Le Lézard ocellé est un reptile massif de 70 cm de long qui fréquente les pelouses calcaires et les garrigues du Sud de la France. Bien que courant dans certaines parties des Pyrénées-Orientales, ce lézard est en diminution dans la plus grande partie de son aire de répartition, et il se fait discret dans les Corbières. L’objectif du stage était de comprendre la répartition de l’espèce au sein de la ferme, afin de pouvoir prendre des mesures en faveur de l’espèce.
A l’exception d’une crotte, le lézard n’a pas été vu lors du stage, ce qui confirme que l’espèce est très rare dans la région.

Crotte de Lézard ocellé
Crotte de Lézard ocellé (photo Louan Damas)
Gîte à Lézard ocellé
Fabrication d’un gîte à lézard ocellé (photo Louan Damas)

En utilisant les anciennes observations et les connaissances sur la biologie de l’espèce, plusieurs mesures ont pu être prises pour favoriser l’espèce sur la ferme. Plusieurs abris en pierres ont été construits, afin d’offrir des gîtes d’hibernation ou de ponte. Un projet de réintroduction du lapin de garenne est également né, afin de permettre à cette espèce de recoloniser les habitats du lézard, qui utilise volontiers les terriers de lapins comme gîte. Ce projet sera également favorable à l’Aigle royal (Aquila chrysaetos) qui fréquente la zone.

L’inventaire des papillons de jours sur les prairies de la ferme a permis d’identifier 56 espèces, dont le rare Nacré de la filipendule (Brenthis hecate), vulnérable en Occitanie. Une nouvelle espèce a été découverte (Euphydryas beckeri), protégée à l’échelle européenne. Les zones où poussent la plante hôte du Nacré de la filipendule ont été marquées, afin d’éviter le pâturage de printemps qui menace l’espèce et de surveiller l’évolution de cette plante.

Zygaena carniolica
Un zygène menacé d’extinction (Zygaena carniolica) et trouvé dans les prairies de la ferme (photo Louan Damas)
Nacré de la Filipendule
Le Nacré de la Filipendule (photo Louan Damas)
Filipendule
La Filipendule, plante hôte du Nacré (photo Louan Damas)

En outre ce stage a été l’occasion de découvrir la richesse des écosystèmes occitans, très différents de ceux de la Normandie où je fais mes études, mais également d’assister à des suivi de chauves-souris, aux actions programme LIFE Gypconnect en faveur du Gypaète Barbu (Gypaetus barbatus) et de découvrir des méthodes d’élevages bien éloignées des pratiques intensives auxquelles j’étais habitué.

quatuor de vautours
le quatuor de vautours nicheurs en France, photographiés au piège sur la placette d’équarrissage de Laroque de Fa (photos Matthieu Vaslin)