Faire des alliances et mobiliser les réseaux

Le projet Paysans de nature se trouve à la croisée d’enjeux agricoles, de société et de protection de la nature. L’installation paysanne requiert de l’énergie.
C’est pourquoi la mobilisation des réseaux est indispensable, pour plus d’efficacité et toucher un public plus large. C’est cette mobilisation qui rend possible la résolution de l’équation « porteur de projet + ferme adaptée + temporalité ».

Les partenaires sont nombreux et dépendent des territoires… Ils peuvent être des alliés de l’installation paysanne à plusieurs niveaux :

  • les structures et associations agricoles sont souvent bien placées pour repérer les fermes à céder et les porteurs de projet ;
  • les collectivités et structures territoriales comme les Parcs Naturels Régionaux et les Conservatoires d’Espaces Naturels sont une ressource importante pour l’accès au foncier ou la mobilisation financière ;
  • les paysans déjà installés sont une ressource précieuse en termes de connaissance de leur territoire, d’expériences réussies ou non, de conseil sur les stratégies économiques, mais aussi parfois de mobilisation financière ;
  • les consommateurs peuvent être sollicités comme veilleurs fonciers, pour les études de marchés (si un éleveur de brebis s’installe demain dans votre territoire, serez vous consommateur de yaourts ?), pour des campagnes solidaires de financement etc.

Siéger dans les Conseils d’Administration

En Pays de la Loire, les associations de protection de la nature sont parfois engagées dans la gouvernance de certaines structures (Terre de Liens, les CIAP, Nature et Progrès), des bénévoles siégeant au CA de ces structures. A l’inverse, des paysans peuvent être administrateurs des associations de protection de la nature, ce qui leur apporte des compétences et une crédibilité accrues.

Partager les ressources et identifier les compétences

Une bonne entente avec les structures chargées de l’accueil de porteurs de projets peut être l’occasion de partager des ressources, comme les coordonnées et projets des futurs paysans et/ou les informations sur les fermes à céder.
Pour partager ces ressources le dialogue est indispensable, pour que chaque structure identifie quel est le rôle des autres au niveau des territoires.
Les échanges de savoir peuvent ainsi concerner l’agriculture et la biodiversité.



Faire marcher les réseaux de bénévoles et consommateurs

Le réseau Paysans de nature en schéma © LPO Vendée
commodo dapibus luctus tempus Curabitur diam