Foire aux questions

Paysans de nature / Foire aux questions

Ces systèmes sont-ils viables économiquement ?

Les systèmes qui respectent la nature ne sont pas moins viables que les autres.
Il y a des réussites et des difficultés dans tous les systèmes, elles dépendent plus des personnes et des choix qu’elles font que des systèmes eux-mêmes.

Au sein du réseau Paysans de nature, certains agriculteurs ont plus de 20 ans de carrière et ont fait la démonstration de l’efficacité économique de leur modèle.
D’une part, ces fermes sont économes car elles demandent peu d’investissements matériels et peu d’achat d’intrants, ce qui a le mérite de limiter les risques financiers.
L’entourage et le soutien dont elles bénéficient permettent aussi de ne pas laisser l’agriculteur seul face aux banques, aux vendeurs de produits et de matériel, qui l’incitent à investir plus et à emprunter.
D’autre part, malgré ce qu’essaient de nous faire croire les défenseurs de l’agriculture productivistes, les systèmes plus respectueux de l’environnement sont dores et déjà autant, voire plus rentables que les systèmes conventionnels qui sont (entre autres) fortement dépendants des prix du marché. En effet, la plupart des Paysans de nature font de la vente directe, fixant eux-mêmes leurs prix et créant de la valeur ajoutée sur la ferme alors que les investissements sont peu élevés.
Enfin, cette question relève plus de ce qui fait la reconnaissance sociale que de la véritable performance économique : les agriculteurs conventionnels sont majoritairement motivés par la productivité car elle est source de reconnaissance dans leur milieu social. Ils utilisent l’argument selon lequel il faut nourrir la planète, alors que d’un côté la plupart d’entre eux ne mange même pas ce qu’ils produisent (car les produits sont gustativement insipides et chargés en résidus de pesticides) et de l’autre la surproduction artificiellement aidée détruit l’agriculture des pays du Sud.

Au contraire, les Paysans de nature sont motivés par leur réussite en terme de biodiversité car leurs consommateurs et les naturalistes qui les entourent y sont attachés.

Mais comment financer cette action dans les associations de protection de la nature ?

De nombreuses réponses possibles à cette question
En cours de rédaction 😉

Parmi les gens déjà installés, qui peut être Paysan de nature ?

Cette question pose celle de la distinction entre le projet et le réseau…
Le projet veut fédérer les énergies dans les territoires pour créer de nouveaux espaces à vocation écologique en participant à l’installation de nouveaux paysans. Il peut être porté par tout le monde, à partir du moment où il existe une dynamique territoriale associant paysans, consommateurs, naturalistes.

Le réseau est constitué d’associations de protection de la nature et de paysans déjà installés.

Parmi eux on peut distinguer :

  • les Paysans de nature à proprement parler : très souvent issus des métiers de la protection de la nature ou bénévoles naturalistes, ils sont autonomes en gestion d’espaces naturels et sont en capacité de l’expliquer à des personnes « extérieures » (la presse, les consommateurs, les agriculteurs)
  • les Paysans engagés pour la biodiversité : installés avant tout dans un but agricole, ils s’intéressent de près à la nature sauvage. Ils sollicitent généralement l’aide des naturalistes dans leur gestion.
    Ceci-dit, chaque paysan souhaitant rejoindre le réseau choisit lui-même de signer la charte dans laquelle il se reconnaît le mieux. Il est aussi nécessaire qu’il signe cette charte avec une association ou une structure environnementale locale qui porte le projet.

Ceci est-il possible chez moi, où le foncier est trop cher et l’agriculture conventionnelle très active ?

Oui ! Les Paysans de nature déjà installés en France ne le sont pas tous dans des endroits où le foncier est bon marché et l’agriculture intensive en déclin !
La réussite des installations repose sur la mobilisation des réseaux, la veille foncière, la motivation des porteurs de projet.
L’installation de personnes non issues du milieu est difficile, mais pas impossible. Elle nécessite une mobilisation de tous sur le terrain, pour un soutien technique, moral et/ou financier. On est plus forts quand on est nombreux !

Tous les paysans bio sont-ils des paysans de nature ?

La bio, un socle nécessaire au projet Paysans de nature

Les pratiques de l’agriculture biologique (absence de pesticides, d’engrais de synthèse, d’OGM) sont un socle nécessaire mais pas suffisant à la reconquête de la biodiversité sauvage.
En effet, les pesticides, engrais et OGM sont des substances qui tuent la vie, perturbent le fonctionnement des êtres vivants et celui des écosystèmes avec une persistance de plusieurs années, voire plusieurs décennies. La reconquête de la biodiversité ne peut s’envisager que par l’abandon général des pesticides et des produits chimiques, et le soutien des consommateurs qui achètent de plus en plus de produits biologiques. Il faut l’encourager ! Et il faut reconnaître l’énorme travail des militants de l’agriculture biologique depuis les années 1960, ainsi que la mobilisation de beaucoup d’entre eux pour éviter que le label ne soit dévoyé par l’agro-industrie qui a très bien perçu l’énorme potentiel marketing du « bio ».

Cependant, le cahier des charges de l’agriculture biologique n’est pas suffisant pour la restauration de la biodiversité. Il n’interdit pas, par exemple, le drainage des zones humides et l’arrachage des haies, pourtant très importantes pour la biodiversité. La culture sous serre laisse peu de place à la nature sauvage. Remplacer les pesticides par le plastique n’est pas très satisfaisant. Le labour, autorisé en bio, est traumatisant pour la vie du sol. Il détruit une grande partie des animaux, champignons et bactéries qui s’y développent alors qu’ils sont à la base de toutes les formes de vie au-dessus du sol : 80 % de la biomasse vit dans le sol.

La démarche Paysans de nature va au-delà.

Elle s’interroge sur la place que l’humain laisse à la nature sauvage et souhaite dépasser la justification des éléments de nature comme devant forcément être utiles à l’agriculteur. La nature sauvage est considérée par les Paysans de nature comme un élément patrimonial en soi, qui mérite d’être préservé pour les générations futures. Les paysans de nature choisissent volontairement de laisser des espaces dédiés à la nature sauvage et pas forcément exploités (par exemple des ronciers).
Ils mènent une réflexion particulière sur la capacité de leurs terres à nourrir leurs animaux et leurs consommateurs en n’utilisant pas d’engrais et le moins d’énergie possible (le moins possible de mécanisation). En d’autres termes, en particulier en élevage il s’agit de « calculer » la capacité de la nature à nourrir les animaux sans avoir à ajouter d’engrais et à utiliser du pétrole : il faut donc avoir des prairies naturelles, et adapter les surfaces ou adapter la taille des troupeaux.

 

 

L’installation paysanne n’est pas le métier des associations de protection de la nature

Effectivement, le métier des associations de protection de la nature est de… protéger la nature !

Mais le projet Paysans de nature considère que l’installation paysanne est l’un des outils nécessaires à la sauvegarde d’une nature jadis ordinaire et désormais menacée par des décennies d’intensification.
Installer des paysans convaincus est un des outils de sauvegarde de la biodiversité, car l’agriculture occupe plus de 50 % de l’espace et que c’est dans les zones agricoles que l’état de la biodiversité est le plus préoccupant. C’est un des outils parmi d’autres (l’éducation à l’environnement, les réserves naturelles, les contrats Natura 2000…), et qui peut être rapide, efficace et peu coûteux. Pourquoi s’en priver ?

L’installation n’est pas notre métier, c’est pourquoi nous travaillons avec les structures dont c’est le métier.

Donec mi, ut Aliquam tristique elit. vel, Nullam efficitur.