Une année naturaliste riche au Montrinsans

Une année naturaliste riche au Montrinsans

Sur l’alpage de la ferme du Montrinsans (Haut Doubs), Gérard Vionnet, avec l’aide du réseau loup-lynx de l’office français de la biodiversité et de la fédération des chasseurs du Doubs, a placé plus d’une vingtaine de pièges photo… Blaireau, Renard, Lièvre, Martre, Ecureuil, Chevreuil, Chat sauvage, mais aussi Cerf et Loup ont fourni de belles images aux bergers. L’automne a révélé la présence d’au moins 4 mâles de Cerf, qui viennent bramer non loin du chalet d’alpage. Les brebis et chevaux, encore à l’alpage en ce début octobre, bénéficient de la surveillance rapprochée du berger et du chien patou compte tenu des loups présents dans ce massif, à cheval sur la Suisse et la France.

Alpage ©G. Vionnet

L’été et le mois de septembre ont aussi fourni l’occasion de surveiller, avec l’aide du CPEPESC,  la petite colonie de mâles de Sérotine bicolore qui occupe le chalet, découverte en 2018. C’est l’une des seules colonies connues de cette espèce dans la région (et en France). En septembre, les alentours du chalet constituent une place de chant pour l’un des mâles.

Sérotine bicolore ©G. Vionnet

Sur l’alpage, le début du mois d’octobre a aussi permis de faire la récolte traditionnelle et collective des racines de Gentiane jaune. Naturalistes, animateurs nature, accompagnateurs en moyenne montagne, amis bergers, voisins paysans de la Batailleuse sont venus prêter main forte.

Enfin, autour de la ferme, dans la vallée, 2020 a été une année particulièrement favorable au Râle des genêts. Gérard, Aloïs et Violaine, mais aussi les paysans de la Batailleuse (ferme collective qui fête ses 40 ans cette année et pépinière d’installation), ont adapté leurs dates de fauche pour laisser grandir les jeunes.

Praesent in dapibus non et, eleifend libero. Praesent justo adipiscing quis